Communiqués CA

Communiqué CA - Janvier 2012

En 2012…paye ta binouze !

Une nouvelle année commence pour le projet associatif Molodoï, une année qui, comme les précédentes, sera certainement riche en expériences, en nouveautés, en prises de becs, en bonne humeur, en collectifs, en musiques, en innovations, en travaux, en théâtre, en jeux, en réflexions, en surprises, en diversités, en inventivités, en créations, en échanges, en complicités, en contradictions…bref, tout ce qui fait l’identité, la force et la particularité du Centre Autonome Jeune. Ces multiples énergies, concentrées autour du projet Molodoï, sont le reflet du dynamisme des associations fidèles à la salle et à ses principes directeurs.
 
En 2012, Molodoï aimerait diversifier son accueil et rendre la salle accessible à d’autres projets, moins estampillé musique actuelle. D’ailleurs, y en a ras la casquette de la musique actuelle. Qui est le rat de bureau, le bobo musicologue, l’énarque subventionneur qui a inventé le concept pénible de musique actuelle ? Aujourd’hui, tout doit être musique actuelle pour être dans la norme. Nous ne voulons pas de cette étiquette étriquée, de ce néologisme pour adolescent consom-acteur.

Si – comme certains aimeraient- Molodoï n’a pas vocation à devenir une MJC de quartier, nous sommes toujours heureux d’accueillir des projets qui sortent des sentiers battus. Quitte à briser un mythe persistant, disons le, Molodoï n’est pas qu’une salle de concert !

Aussi, c’est avec une grande joie que nous accueillons l’école maternelle du quartier pour son spectacle de fin d’année (voir 150 gamins brailler dans Molo, sous le regard attendri de leurs parents, ça fait venir des larmes aux gros rockeurs), ou comme aujourd’hui, une compagnie de théâtre pour une semaine de représentations et de filages.
Les acteurs associatifs sociaux, culturels et militants de la ville ne doivent pas renoncer à leurs projets les plus fous ou les plus intimistes : conférences, débats, projections, repas, ateliers, performances, expositions, théâtres, rencontres, lectures, poésies…à Molodoï (presque) tous est possible !

En 2012, Molodoï restera libre et indépendant. Molodoï n’est pas dans les réseaux. Il construit les liens.  Molodoï n’est pas dans la communication. Il fait. Molodoï est émancipé. Molodoï ne fait pas carrière. Molodoï s’amuse. Molodoï n’est pas à vendre. Molodoï n’aime pas la pub. Molodoï vit. Longue vie à Molodoï !