Communiqués CA

Édito

Osterputz en Automne : Molodoï toujours en avance (en retard ?) d’une saison !

La rentrée de septembre au Centre Autonome Jeune Molodoï n’était qu’un interlude entre la traditionnelle fermeture estivale -même les bénévoles se reposent- et la fermeture concernant les travaux de toiture. Depuis plusieurs mois nous évoquions cela en assemblée générale.


La salle du Molodoï qui a fêté ses 20 ans en 2014 a pris un coup de vieux…une génération est passée entre les premiers organisateurs/trices de concerts punk et leurs enfants spectateurs/trices électro d’aujourd’hui ! Les murs aussi ont vieilli et, pour faire en sorte que tous les styles musicaux et leurs publics trans-générationnels puissent encore se croiser au bar du Molo, il devenait urgent de faire des travaux d’envergure.


L’ensemble des recettes que nous dégageons étant réinvesti dans l’amélioration des installations de sonorisation, le CAJ Molodoï était dans l’incapacité de réaliser ces travaux de réfections en autofinancement.


Nous avons fait appel à la municipalité en exposant nos priorités (fuites dans le toit…) et nos projets (réaménagements de la salle pour une meilleure fonctionnalité …).


Dans la continuité des décisions prises par Monsieur Roland Ries en 1991 (signature du 1er bail emphytéotique et départ du projet Molodoï) et 2009 (renouvellement de ce bail lors du bilan des assises de la culture), la ville de Strasbourg a décidé de renouveler son soutien au projet alternatif du CAJ Molodoï.


Ainsi, depuis quelques mois, un processus constructif et réellement collaboratif est enclenché avec les services de Monsieur Alain Fontanel pour étudier les possibilités de financement de réfection de la salle, sans trop entraver le fonctionnement du lieu.


Son engagement, ainsi que celui de ses services, a permis de dégager le budget nécessaire aux travaux qui se réaliseront en deux phases :

  • Octobre et novembre : Remplacement du toit et gros travaux de réfection des murs et chéneaux.
  • Juillet et août 2016 : Travaux de réaménagement de la salle.


Dans une période de restructuration de l’offre culturelle à Strasbourg, ce soutien est une reconnaissance effective de notre travail de développement d’alternatives tant dans le champ culturel que social et politique.


C’est aussi la reconnaissance d’un espace ancré dans son quartier et qui pourtant développe une activité dépassant largement l’espace de l’Eurométropole. Nous y voyons la volonté de pérenniser cet espace d’agitation culturel –tant dans ses murs que dans son esprit. Damned ! Le Centre Autonome Jeune Molodoï serait-il en voix d’institutionnalisation ?


Le financement des travaux ne nous contraint à aucun abandon. Nous restons libres de nos choix, de notre fonctionnement, de notre programmation, de nos engagements. La signature d’un bail précaire n’est que transitoire et permettra, en accord avec monsieur Fontanel, de retrouver une emphytéose lorsque les travaux seront terminés.


Nous allons mettre à profit ce temps de fermeture pour embaucher un nouveau « technicien son » car Johann nous quitte comme salarié, même s’il reste attaché à la salle ! Nous pourrons également proposer aux associations utilisatrices une nouvelle installation de sonorisation dès le mois de décembre grâce à de nouveaux investissements.


Le CA Molodoï